Séminaire de la GEME – 14/12/2019 : Marx, penseur de l’écologie ?

— SÉANCE REPORTÉE —

En raison du mouvement social en cours, nous sommes contraints de reporter à une date ultérieure la séance du séminaire de recherche de la GEME prévue ce samedi 14 décembre autour du thème « Marx, penseur de l’écologie ? » à Aubervilliers.

Nous vous prions de bien vouloir nous excuser pour ce bouleversement de calendrier et nous vous tiendrons très prochainement informés de la nouvelle date prévue pour cette séance.

========================================================

Samedi 14 décembre 2019 de 10h à 12h
Campus Condorcet
, Bâtiment Recherche Sud, salle 0.30
(5 cours des Humanités, 93300 Aubervilliers)

par Victor BÉGUIN (Université de Poitiers) et Timothée HAUG (Université de Nantes)

Séminaire ouvert à tou.te.s sans inscription préalable.

Le 14 décembre 2019, aura lieu une séance du séminaire de la GEME consacrée au rapport de Marx à la nature et à l’écologie. Deux exposés y seront présentés :

L’apport des Cahiers sur l’agriculture à la connaissance de la pensée écologique de Marx (Victor BÉGUIN)

La publication en 2019, dans le t. IV/18 de la Marx-Engels Gesamtausgabe (MEGA-2), des cahiers de notes de Marx sur l’agriculture (1864-1868) offre un éclairage nouveau sur l’intégration des problématiques écologiques à la critique de l’économie politique développée dans le Capital. Il s’agira ici de présenter la manière dont cette réflexion sur l’agriculture s’intègre dans les recherches menées par Marx à cette époque, de décrire le contenu des nouveaux documents révélés par ce volume, et d’indiquer quels sont les principaux enseignements que l’on peut tirer de ces textes pour la connaissances des thèses de Marx sur l’écologie.

Vers une critique écologique de l’économie politique (Timothée HAUG)

Dans l’œuvre de Marx, la question écologique émerge sous la forme d’une découverte empirique, importée des sciences de la nature, qui vient perturber l’équilibre de l’édifice théorique de la critique de l’économie politique. Alors qu’il considère longtemps la domination de la nature accomplie par le capitalisme comme la contrepartie dialectique de l’aliénation du travail préparant l’émancipation future, la critique plus tardive d’une rupture métabolique accuse la négativité destructrice caractérisant le rapport capitaliste à la nature. Par la reconstruction de cette trajectoire d’ensemble, il s’agira de prendre toute la mesure de la transformation écologique de la critique de l’économie politique qui se joue dans le chantier inachevé du Capital, et ce notamment autour du concept de « force » permettant à Marx de nouer l’exploitation de du travail humain à l’exploitation de la nature.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.